L'âne, comportement et éducation

Sommaire

Page 2 : Les sens, la vue, l'ouïe, l'odorat, le goût, le toucher, le feeling, la notion de "bulle", l'instinct, le caractère

Page 10 : Comportements et attitudes au quotidien dans un troupeau

Page 18 : Les grandes lignes de l'éducation, l'éducation de l'ânon, le sevrage, l'adolescence

Page 23 : Aborder un âne, l'attacher (licol, bridon, etc), donner la nourriture, le pansage, les pieds, marcher en longe.

Extraits du livre :

Le "Feeling"

Comme la plupart des animaux, l'âne a des perceptions dont nous sommes incapables, et que nous avons conséquemment du mal à prendre en compte dans nos relations avec lui.
Il est par exemple très capable de deviner notre humeur, de sentir si nous avons confiance ou peur. Notre tension nerveuse doit émettre des ondes qu'il capte 5/5 ! Lorsque l'on veut gronder un âne, il suffit de réagir dans l'instant en "dégageant des ondes de colère" (crier "NON", rajouter un geste brusque si besoin). C'est ce qu'il va ressentir de notre attitude qui va lui faire comprendre qu'il a fait une erreur, et non la douleur toute relative d'un coup ou des grandes explications ou menaces dont il n'a que faire.
Il est aussi capable de "sentir" la présence d'eau, voire de certains dangers comme la fragilité d'un sol (marais), la présence d'un animal sauvage pas forcément "dangereux", ou tout simplement les changements de temps à venir (pression atmosphérique).
Son sens de l'orientation est remarquable. Il peut retrouver le chemin de sa maison même s'il est "parachuté" (voyage en camion fermé) à plusieurs km de chez lui
(5-10 km).
Il a également une excellente mémoire des lieux et peut revenir sans grande hésitation, parfois même avec précipitation, dans un endroit connu, même s'il n'y est pas allé depuis des années...

Se rouler

Une activité ponctuelle et très appréciée de l'âne est de se rouler. Il renifle le sol, gratte un peu avec un antérieur pour en vérifier la texture, tournicote parfois un peu comme un chien qui se fait un nid et se couche. Mais au lieu de rester bien tranquille pour s'assoupir, il s'agite les pattes en l'air pour se gratter les flancs et le dos, parfois l'encolure et la tête. Il émet parfois des ronronnements ou ronflements de plaisir ! Il se relève ensuite, se secoue très souvent, et ponctue ces exercices d'un soupir de satisfaction.
Se rouler donne à l'âne autant d'agrément qu'à nous une douche. C'est aussi son seul moyen de se gratter, de se nettoyer, car normalement, il ne se lèche pas. Il se roule presque une fois par jour, de préférence au même endroit dans son pacage. S'il y a plusieurs ânes, il vont tous au même endroit, ce qui forme une zone sans herbe de près de 2 mètres de diamètre, que l'on appelle... "une douche" ! Ils y vont souvent l'un après l'autre, presque en faisant la queue, mais sans que l'on remarque vraiment une hiérarchie.
En dehors de la douche quotidienne, il s'en offre une dans certaines conditions, par exemple lorsqu'il rentre d'une promenade, qu'il a un peu chaud et qu'il est content d'être à la maison. En promenade, il ne résistera pas à l'attrait d'un sol doux, en particulier à un tas de cendres. S'il est mouillé et que le sol est sec, il se roulera dès que possible, comme souvent après un bon pansage, réduisant ainsi vos efforts à zéro..... C'est pourquoi il vaut mieux, après qu'il ait fait un effort physique, le mettre directement dans son pacage, il se lèche et se détend à sa façon, et bien mieux que par notre intermédiaire.

Commander le livre

Retour à Martine Jouclas