"Le Baudet du Poitou"

Parc Interrégional du Marais Poitevin
Conservatoire des ressources génétiques du Centre Ouest-Atlantique
2 rue de l'Eglise
79510 Coulon

Tél : 05-49-35-15-20
Fax : 05-49-35-04-41

courriel : parc.marais.poitevin@wanadoo.fr

 


Son origine :
Le Baudet du Poitou est issu d'une très ancienne sélection effectuée dans l'espèce asine (ânes communs) grâce à des générations d'éleveurs. La race est décrite avec précision en 1717, où elle est déjà très renommée.

Cette race pourrait remonter à l'époque gauloise. L'origine du Baudet du Poitou reste un mystère. Les éleveurs de Baudets du Poitou se sont organisés pour perpétuer et garantir ce patrimoine génétique considéré dans le monde entier comme la race la plus ancienne et la plus originale.

C'est à Niort, en 1884, que se met en place le livre généalogique (stud-book) du Baudet du Poitou. C'est le premier stud-book de toutes les races d'ânes.
La tenue de ce livre généalogique se poursuit grâce à la vigilance des éleveurs regroupés en un Syndicat. Un livret donne chaque année la liste des nouveaux animaux agréés et les dates des concours.

 

Sa sauvegarde :
Ce patrimoine vivant a bien failli disparaître. Victime des transformations du monde rural et de l'oubli, il n'y avait plus qu'une soixantaine de Baudets du Poitou en 1980.

Un plan de sauvegarde est alors mis en oeuvre par le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin aidé par les Haras Nationaux, le Syndicat des Eleveurs et l'Association pour la Sauvegarde du Baudet du Poitou (Sabaud).

Une ferme expérimentale d'élevage est mise en place en 1980 : l'Asinerie Nationale à Dampierre sur Boutonne en Charente-Maritime. Sa mission est d'augmenter les effectifs en race pure, en croisement continu d'absorption, de relancer la production mulassière, d'accueillir le public et les éleveurs. L'Asinerie est une station de monte réputée pour la reproduction des Baudets du Poitou, des chevaux de la race "Mulassière du Poitou" et la production de mules poitevines (Baudet fécondant une jument).

Cette propriété du Département de la Charente-Maritime est aussi un but de visite. A l'Asinerie, la Maison du Baudet du Poitou retrace l'histoire de cette race, sensibilise au risque de disparition et présente le programme de sauvegarde. Plus de dix mille visiteurs viennent chaque année voir les animaux et s'y informer.

En 1994, l'inventaire de la population des Baudets du Poitou recense plus de deux cents animaux de la race d'origine dispersés en Europe. Un tiers se trouve dans le berceau de race, un tiers dans le reste de la France, un tiers à l'étranger : Angleterre, Allemagne, Suisse, Belgique, Hollande,...... Quelques spécimens se trouvent également aux Etats-Unis.

 

Ses aptitudes et ses usages
Le Baudet du Poitou a une trop grande valeur pour être utilisé au travail de bât. Son usage est lié à sa valeur génétique de reproducteur qui permet de créer deux produits : des Baudets du Poitou et des mules poitevines.

Le Baudet du Poitou tient sa réputation de son rôle comme "père-baudet". La jument mulassière poitevine, fécondée par un mâle de race Baudet du Poitou, donne une mule de qualité exceptionnelle.

Animal hybride connu depuis l'Antiquité, la mule cumule les qualités des deux espèces. C'est un animal de traction, de bât ou d'attelage incomparable. A poids égal, la mule poitevine est le plus puissant animal d'attelage. C'est aussi le plus sûr. Durant des siècles, la région d'origine (Vendée, Deux-Sèvres, Vienne, Charente-Maritime) produisit de 12.000 à 18.000 mules par an, et jusqu'à la première Guerre mondiale. Aujourd'hui la production de mules se limite à quelques dizaines par an et sert surtout à l'attelage.

Son standart
D'un caractère tranquille, de grande taille, de forte ossature et recouvert d'une robe typique, le Baudet du Poitou a su conserver l'ensemble de ses qualités de reproducteur, fruit de sa longue sélection préservée au cours de plusieurs siècles d'élevage.

L'ânesse de race "Baudet du Poitou" donne naissance, au bout d'un an de gestation, à un ânon (fedon) qui sera sevré à partir de sept ou huit mois. L'ânon est un véritable animal en peluche, affectueux et éveillé qui va devenir à partir de trois ans un Baudet du Poitou adulte, mâle ou femelle.

Pour le mâle, la taille moyenne est entre 1,40 et 1,55 m. Son poids varie de 250 à 430 kilos. Sa fourrure est épaisse, formée de longues mèches de poils drus. La robe possède une couleur bai-brun (chataîgne) pouvant aller de la couleur de la fougère sèche au bai-brun très sombre.

La robe est répartie d'une façon très précise chez les Baudets du Poitou : le museau et le nez, ainsi que le tour des yeux, sont blancs argentés. Une fine ligne de poils carmins sépare ces poils courts argentés du reste de la robe bai-brun. Le dessous du ventre et l'intérieur des cuisses est gris-clair.

L'ânesse de race Baudet du Poitou est plus petite que le mâle, de 1,35 à 1,45 m. Moins volumineuse, l'ânesse possède souvent une fourrure aussi dense que certains baudets "bourailloux" à poils longs.

Son élevage et son organisation
Le baudet du Poitou est une race bien définie qu'il convient de protéger pour garantir son origine. Ce n'est pas pour autant que le baudet du Poitou soit plus difficile à élever qu'un âne ordinaire ou d'une autre race asine.

Un réglement d'élevage (le stud-book) est reconnu officiellement par l'Etat. Les animaux de la race "Baudet du Poitou" sont répertoriés, identifiés par pose d'une puce électronique et munis d'un certificat d'origine du SIRE garantissant leur appellation.

Des concours annuels permettent aux éleveurs de bénéficier de primes et surtout de faire découvrir les qualités de ces animaux exceptionnels.

La race, très demandée, est en plein développement mais n'est pas encore sauvée.